le chasselas de moissac

Sa grappe souple, son grain sphérique, doré et gorgé de soleil, sa peau fine, son jus à l’arôme mielleux
qui éclate en bouche à la dégustation font toute la délicatesse de ce produit.

grappe chasselas

Une nouvelle médaille pour notre chasselas, il est inscrit à l' «Inventaire National du Patrimoine Culturel Immatériel».

AOC (Appellation d'Origine Contrôlée) depuis 1971, le chasselas de Moissac a été le premier fruit frais à bénéficier de cette reconnaissance, il est devenu AOP (Appellation d'Origine Protégée) en 1996 a obtenu pour Moissac et son patrimoine le label Sites Remarquables du Goût en 2003, il figure dorénavant dans cet inventaire prestigieux avec pour dénomination officielle : la culture du raisin Chasselas de Moissac AOP.

En 2003, la ville obtient avec le syndicat du chasselas le label « Site Remarquable du Goût »

En savoir plus

Le Chasselas de Moissac se reconnaît à ses grains translucides, dont la peau fine et dorée recèle un jus doux et délicat.  Moissac est le 2e producteur de raisin de table après le Vaucluse, qui produit du muscat, dont le rendement est beaucoup plus élevé que le chasselas.

Sur notre territoire des Terrers des Confluences, il est cultivié dans différents communes selon la configuration géographique du paysage et le sol permettant sa culture : Durfort-Lacapelette, Moissac, Boudou, Lizac.

La région du Bas Quercy dans laquelle l'Appellation est reconnue se distingue géographiquement par des caractères géologiques, agrologiques et climatiques qui lui sont propres. Le Bas Quercy s'étend sur des affleurements de mollasses et de calcaires tertiaires. Seuls certains types de sols sont favorables à la production de Chasselas de Moissac AOP.

Sur le plan climatique, la région est caractérisée par une température moyenne de 10° et surtout par la faible amplitude des variations thermiques et par une pluviosité relativement moins abondante ainsi qu'une longue période de beau temps en automne.

Ce raisin de table est une spécialité locale depuis le XVIIIe siècle. Sa production exige un savoir-faire particulier, transmis par des générations de chasselatiers. Indissociable de l’histoire de la ville, la culture du Chasselas constitue un patrimoine immatériel unique.

L’histoire du Chasselas est aussi inscrite dans les rues de Moissac. Sur l’esplanade bordant le Tarn, le kiosque de l’Uvarium rappelle que la ville fut consacrée  “première station uvale de France“ dans les années 1930.

Plus de 300 chasselatiers produisent entre 3 000 et  3 900 tonnes de raisin AOC. Chaque hectare planté en chasselas demande environ 1 200 heures de travail manuel au cours de l’année pour produire en moyenne 13 tonnes de fruits. De la coupe à la table, la grappe de chasselas exige mille attentions. Cueillie, puis libérée de ses grains abimés, elle est ciselée à la main. La pruine, parure dorée et mate, est gage de qualité et de soin. Le raisin chasselas est un produit d’exception, cultivé en bio-dynamie, dans le respect du sol et de l’environnement naturel.

Les vertus thérapeutiques du chasselas

Le chasselas ne déroge pas à la règle, et, en tant que raisin, possède des qualités diurétiques, facilitant la digestion, et l’élimination des toxines.
Particulièrement riche en vitamines A, B, et C, et pauvre en protéines et en matières grasses, le raisin chasselas est un excellent antioxydant, contribuant à l’élimination du ‘mauvais’ cholestérol. Il aide à prévenir les maladies cardiovasculaires.
Et le chasselas contient tous les oligo-éléments assimilables par l’organisme, lui prodiguant ses bienfaits reminéralisants.

Le Chasselas de Moissac, source de bien-être

L’Uvarium de Moissac

Moissac est la seule ville à posséder un Uvarium, hérité d’une vogue de la cure uvale dans les années 30. Construit en 1933 au bord du Tarn, le kiosque de l’Uvarium était destiné à cette époque aux cures de jus de raisin. Les curistes profitaient des bienfaits avérés du Chasselas, raisin roi de la ville, en dégustant ce fruit à l’intérieur de l’Uvarium. Ce lieu de cure du Chasselas et de détente était très fréquenté à l’époque. Les fresques intérieures, que l’on peut encore admirer de nos jours, ont été réalisées par Domergue-Laguarde, originaire de Valence d’Agen, un véritable bijou Art Déco.

Autrefois la cure uvale
Sous le nom de cure de raisins ou cure uvale (du latin uva, raisin), il faut entendre l’absorption méthodique et raisonnée de raisins frais comme aliment principal, pendant un temps suffisamment long. Cette cure permettait de consommer autrement le Chasselas et de démontrer ses vertus thérapeutiques.

Le carnet de découverte télécharger le pdf

Sur le territoire, des dégustations peuvent être organisées pour des groupes, contactez-nous !

Moissac, site remarquable du goût

Quatre ministères en charge de la culture, du tourisme, de l'environnement et de l'agriculture, sont à l'origine du concept "Site remarquable du Goût". Ils ont établi, en 1995, une liste de 100 Sites Remarquables du Goût, distinguant : 

  • un produit alimentaire et emblématique du territoire, bénéficiant d'une notoriété et d'une histoire,
  • un patrimoine exceptionnel sur le plan environnemental et architectural, un accueil du public permettant de faire connaître les liens entre le produit alimentaire,
  • le patrimoine culturel,les paysages et les hommes.

Moissac en est adhérent depuis 2003, et aujourd'hui le réseau compte 54 membres.

Une productrice passionnée par la culture du chasselas et la transmission du savoir-faire a eu l'idée de créer au sein de son exploitation un « musée du chasselas » ; vous y trouverez les différents emballages de ce grain d'or, les outils utilisés d'antan à aujourd'hui

La ferme des trois collines à deux pas de chez nous...

Liste des sites remarquables du goût : retrouvez les sites remarquables du goût